Je suis née en 1990, apparement je ne l’ai pas fait exprès.

J’ai de la chance c’est un super millésime, j’ai de la chance x2 j’ai réussi à avoir quelques bouteilles qui se font de plus en plus rares. Mes origines* obligent je voulais un Chenin.

Manuela me fait l’honneur de m’accorder une bouteille de Lys 1990. Domaine François Chidaine.

 

Montlouis 1990 Les Lys François Chidaine

Assemblage de leurs grappes botrytisées issues de plusieurs parcelles.

 Au nez ça sent la tarte à la pêche, elle dégage un parfum mure et à la fois un peu acide. Après lorsque le vin est très frais ça sent le coing.

Quelques notes de bois, pas celui de là barrique, celui des jouets que tu reçois à Noël. J’ai laissé un verre sur le rebord de mon plan de travail, ouvert depuis 2 jours, la j’ai la mirabelle, celle que tu cueilles, un soir d’été, quand elles sont encore un peu chaudes. Juste avant de goûter je remets le nez dessus, là il y a une petite odeur de truffe.

En bouche la première attaque est douce j’estime les sucres résiduels à 90g/l, la réalité c’est qu’il y en a 130g/l.

Le Chenin est un cépage magique. La bouche est douce mais pas sucrée un peu vieux rhum, ou un très beau cognac, en fin de bouche les Lys 1990 laissent une très jolie amertume, comme celle d’un bon thé.

 Ce jour ou j’ai été acheter ma bouteille, Manuela me raconte le vin. Dedans il y a le clos du #volagré vendangé pour la dernière année avec son papa …. 

 Ce vin est très émouvant, non pas parce que j’adore les histoire de papa, non pas parce que j’affectionne le domaine François Chidaine, non pas parce que cette bouteille à 30 ans, ou alors tout ça en même temps…

 Plus qu’une bouteille sensuelle et élégante ce moment de dégustation m’a permis donner de la mémoire à l’éphémère.… Ce n’était pas la bouteille favorite de tous, c’était MA bouteille préférée!

*Jargeau ….