Samedi soir c’était (déja) mon troisième restaurant du déconfinement, de la semaine même. 

Oui il y a des habitudes difficiles à changer. En test le Narenj

Je suis Orléanaise, même si je n’y vis plus c’est ma ville de coeur. Je suis toujours frustrée d’y aller, et de voir qu’en centre ville il n’y a pas beaucoup de restaurants. Des restaurants simple avec des produits frais et une belle carte des vins. Avec ma copine Noémie quand on sort entre copine c’est toujours un casse tête. 

J’avais entendu parler de ce restaurant ouvert par un couple de réfugiés syrien, spécialités de Damas. 

Les noms ne font pas rêver mais l’histoire est émouvante. Superbe dîner.. 

L’entrée, ou plutôt les entrées, soupe de petits pois frais, très agréable en bouche texture hyper soyeuse- Salade de légumes très fraiche puis caviar d’aubergines une pure gourmandise. 

Là j’avais déjà plus faim. Le plat un boeuf végétarien. Paleron de boeuf tellement fondant, et deux boulettes de boeuf farcies, feuilles de vigne et champignons. 

Ma plus belle émotion, le dessert, glace de damas à l’orchidée. D’habitude je ne suis pas fan de ce genre de dessert, comme il n’y avait pas de dessert au chocolat je me suis laissée tentée par la glace. Magique. Lactée fondante, et le nuage à l’orchidée était vraiment parfait. Des arômes de fleur, puis des saveurs boisées. Jolie découverte que le Narenj. 

glace de damas a l'orchidée le Narenj à Orléans

Le vin dans tout ça ? Domaine Bargylus, mon premier vin syrien. Joli expérience, je n’ai plus les pourcentages en tête mais le Chardonay domine complémenté par le Sauvignon. Quel vin puissant. On retrouve la puissance du Chardonnay, le miel l’accacia, la noisette torréfié; c’est un vin blanc un peu puissant, je soupsonne un passage en fut sans en avoir la certitude. 

 

Je ne regrette pas ce choix, magnifique bouteille pour accompagner le diner emprunt de saveurs syriennes. 

 

le Narenj par Mathilde Lefebvre